Le psychopéristaltisme ou la capacité du corps à digérer les émotions

La capacité du corps à digérer les émotions est un des fondamentaux de la psychologie biodynamique. Ce mécanisme de régulation psychologique de l’organisme est relié au système digestif et au système nerveux qui l’entoure, ainsi que décrit plus haut. Gerda Boyesen : “Le corps a dans sa propre organisation, un mécanisme pour dissoudre et résoudre la matériel inconscient et le stress. Ce mécanisme est situé en profondeur, dans le système végétatif. Je l’ai appelé le psychopéristaltisme. Je le considère comme le principal régulateur de la décharge de l’énergie nerveuse, avec la possibilité de “digérer” les névroses et de gérer l’équilibre de l’énergie vitale de l’organisme. Le péristaltisme intestinal ne fait pas que décharger ce surplus, il stimule aussi une circulation énergétique correcte. Aussi, je vois également les organes intestinaux comme un mécanisme générateur qui, dans des conditions de relaxation et d’absence de conflit, permet le fonctionnement bioénergétique des cellules et des tissus”(Entre psyché et soma, Gerda Boyesen). Le psychopéristaltisme décrit un péristaltisme intestinal spécifique, qui n’est pas déclenché par la digestion des aliments, mais par des états d’être psychologiques particuliers. Le ventre émet des sons péristaltiques liés à la digestion des émotions. “Et à mesure que j’avançais, je comprenais que le péristaltisme intestinal était aussi en étroite relation avec l’état émotionnel et pouvait être traité thérapeutiquement de façon à influencer le contenu émotionnel réprimé” (“La théorie biodynamique des névroses” Gerda et Mona-Lisa Boyesen).

Les bruits du psychopéristaltisme sont, pour la psychologie biodynamique, les bruits provenant de l’évacuation des fluides captifs dans la paroi des instestins, diminuant ainsi la pression fluidique faisant pression sur les membranes. Lorsque le corps émet ces bruits, cela correspond à un effet global de digestion du stress. En effet, si l’énergie s’est retirée et qu’il ne reste plus que du fluide stagnant, cela provoque la contraction des protéines, des membranes et des fibres musculaires. Quand un état émotionnel refoulé est mûr (c’est à dire prêt à se décharger), du fluide fait son apparition dans une certaine zone du corps, en particulier dans les membranes, en rapport avec le contenu de l’émotion. (exemple : la frustration et l’agression orale : la zone de la bouche se gonfle de fluide, « enfle »). Gerda Boyesen a donné le nom de cuirasse tissulaire à ces résidus métaboliques. Le fluide finit par disparaître dans le processus du refoulement, mais la cuirasse tissulaire reste. Ainsi, lorsque l’énergie se remet en mouvement, le processus de refoulement est inversé, mais l’énergie est bloquée dans sa circulation par la cuirasse tissulaire. Le fluide fait son apparition sur les lieux des blocages, et l’accumulation d’énergie engendre l’accumulation du fluide. Le psychopéristaltisme intervient pour dissoudre les tensions résiduelles et empêcher une accumulation énergétique et la formation de stases, qui favoriseraient l’apparition de la névrose. Les fluides et les résidus métaboliques lies à nos états d’âme, à nos stress et émotions viennent faire pression sur la paroi intestinale avant d’être relâchés dans les intestins pour être éliminés de l’organisme. Le psychopéristaltisme permet donc le nettoyage des effets de la psyché sur le corps. Il joue un rôle crucial dans la régulation des émotions. La décharge végétative est la clé du soulagement.

Egalement, un très grand nombre de résidus différents sont dissous par le psychopéristaltisme : les tensions résiduelles dans les muscles, les résidus métaboliques de la circulation émotionnelle au niveau du sang, les résidus entre les membranes et les tensions résiduelles membranaires. Il permet la restauration physiologique de l’organisme : nettoie les toxines, déclenche l’autoguérison des tissus, la remise à niveau du tonus, la libération des fibres musculaires et des adhérences.

Gerda Boyesen découvre que le psychopéristaltisme se déclenche dans les moments de détente, de repos et de sécurité intérieure. Les soucis, l’alerte, la tension vont diminuer ou inhiber ce mécanisme de nettoyage et de réparation naturelle du corps. Si la vie quotidienne est stressante, la fonction du psychopéristaltisme peut être chroniquement inhibée ou bloquée.

L’état le plus favorable au déclenchement du psychopéristaltisme est la sensation de sécurité qui permet de lâcher le contrôle, et en plus de la simple relaxation, la sensation de pouvoir s’abandonner sans danger. Alors le corps peut s’occuper de se réparer et de retrouver son potentiel. Le thérapeute biodynamique cherche à créer cette ambiance. Si dans ces conditions, le psychopéristaltisme n’apparaît pas, cela veut dire que le système est bloqué. Le psychopéristaltisme est un signal d’un état psychologique de base, et une fonction de régulation et d’ouverture. Le thérapeute biodynamique va chercher les “clés”, c’est à dire les zones par la palpation du corps permettant d’obtenir un son dans le péristaltime intestinal, que l’on peut entendre à l’aide du sthétoscope posé contre le ventre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *